totop

iWith.org: Développement web pour des projets qui améliorent le monde *





rejoindre l'équipe de iwithorg

Titre nouvelles

Concours littéraire Iwith. Org: La technologie casse les barrières


Voici la conclusion à laquelle on arrive au sujet de la version 2009 de notre Concours Littéraire. Parmi les auteurs qui participent, il y a une fille de Tarragone qui est atteinte de dystrophie musculaire progressive. Elle a beacoup travaillé pour présenter son récit, écrit complètement à travers de la Xarxa Òmnia.

Il y a des personnes qui pensent que l’Internet c’est quelque chose d’impersonnel, mais tous les 43 récits qui sont arrivés à notre Concours Iwith.org, cachent une histoire. On aimerait bien en souligner un, dont l’auteur, «une fille avec les yeux et les cheveux marrons, d’une grande sympathie et d’un meilleur cœur», souffre de dystrophie musculaire.

Sa mobilité physique est très limitée et pour cette raison elle se déplace en fauteuil roulant, mais sa mobilité neuronale va à cent kilomètres par heure. En plus de présenter un sensible récit, elle aime la radio et les jeudis elle fait un programme (comme volontaire) au Radio Sant Pere i Sant Pau (Tarragone) avec le surnom de «La Jutge» et elle commente des aspects de la ville, des centres de santé et de la société en général.

Sa connexion à internet est à travers d’Omnia, des télécentres créés par la Generalitat, il y a 10 ans, comme une mesure de prévention à l’exclusion sociale. Les activités dans les centres Omnia sont dirigéés, en général, à la formation des technologies, à l’intégration sociale et du travail et à l’utilisation communautaire. Toutes les activités sont gratuites et elles rassemblent l’aspect technique avec l’aspect social. Chaque Point Omnia est différent et la programmation est réalisée par un technicien qui travaille là, en répondant toujours à la demande et aux besoins de la population.

À l’Omnia où notre amie auteur assiste, la technicienne s’appelle Concepción Ortuño. On lui a fait l’interview suivante:


Comment est l’Omnia que tu diriges et comment est-il né ?

Comme Travailleuse Sociale, ma partie sociale est remarquable. Alors ce n’est pas un Télécentre mais un point de rencontre et d’identité des personnes qui viennent et qui, en plus d'une formation, partagent beaucoup d'autres réalités.
Il y a des cours pour les personnes âgéés (Adolfo, par exemple, il a déjà 84 ans), pour les enfants, pour les jeunes, pour les collectifs de femmes, d'immigrants et de personnes aux bésoins spéciaux.

Grâce à une travailleuse sociale,la première personne est arrivée. Elle avait une fracture des épaules et une série de problèmes qui rendaient difficile sa vie normale après un accident. Au début, on réalisait un cours d’une heure les mercredis pour lui faire apprendre à utiliser l’ordinateur et pour qu’elle sorte de sa maison (voilà le but essentiel). Il a été un vrai succès et la famille de cette personne nous a félicité parce qu’elle avait une autre fois des envies de se lever les mercredis et l’activité lui a apporté des motivations(elle a acheté un ordinateur et elle veut avoir une ligne d’Internet)

Après cette personne, elle est arrivée une Fondation avec un usager de santé mentale et je lui ai intégré. Ensuite, elle est arrivée l’auteur du récit qui venait avec la personne qui travaille dans la bibliothèque. Elle voulait apprendre et, surtout, se connecter à l’Internet et utiliser l’ordinateur, puisqu’elle n’avait pas de l’Internet chez elle. Alors, sans rien penser, je lui ai dit de venir le mercredi suivant, mais il pleuvait et elle n’a pas pu sortir de sa maison. Cependant, elle est venue deux semaines plus tard. En même temps, la mère de l’un de nos usagers, qui a une maladie mentale, est arrivée. A ce moment-là nous étions déjà 5 personnes les mercredis.

Un grand parent de 74 ans, qui vient aussi les lundis, m’a demandé s’il pouvait venir les mercredis et pratiquer avec le clavier. J’ai pensé à ce moment-là de faire de notre espace, un Cours Ouvert. Après, elle est arrivée une fille qui avait besoin avec urgence d’un curriculum, mais la bibliothèque était fermée et elle n’avait pas d’ordinateur. Le cours, à partir de ce moment-là, est l’espace plus diversifié et spécial du monde. Tous les mercredis de 9,30 à midi l’histoire se répète.

Comment avons-nous eu connaissance du concours Iwith.org ? et Comment est-il réalisé le processus d’écriture ?

Je cherchais des idées pour les proposer à l’auteur et j’ai pensé qu’elle pouvait faire ce que j’avais fait l’année précédente : faire un oeuvre littéraire et le présenter au Concours Littéraire du Jour de la Femme du 8 Mars (Ajuntament de Tarragone). Elle avait très peu de temps et elle n’a pas pu finir ni présenter son oeuvre. Mais elle est têtue et elle désirait de faire de son écriture une façon de s’exprimer sans barrières, et elle cherchait chaque jour des concours…

Je suis souscrite au Chaîne Solidaire où Iwith.org est apparu avec la possibilité de concourir. Je l’ai communiqué à l’auteur cette information et je lui ai dit de finir son œuvre pour l’envoyer. C’est importante de souligner que notre cours ne dispose ni de matériel ni de mobilier adapté, les tables sont des pupitres très vieux avec des planches en bois qui lui empêchent de mettre le fauteuil roulant, les tables sont très hautes sans l’espace dont elle a besoin et les claviers sont normaux. Chaque touche que notre écrivaine touche est un miracle, et l’œuvre a était réalisée par elle, sauf la révision orthographique qui a été faite par moi. La photo (pour éviter des problèmes de permis, etc) a été réalisée par sa mère avec l’appareil photo et j’ai été la personne responsable de tout envoyer à Iwith.org un dimanche soir depuis chez-moi.

Qu’est-ce que tu penses à propos de l’initiative de Iwith.org ?


Nous croyons qu’il s’agit d’un événement génial et très spécial. Votre idéal c’est le notre, de rapprocher les nouvelles technologies à tous et pour tous. Ces technologies ne doivent pas être seulement un outil mais une façon de cohésion, intégration, communication, entre toutes les personnes sans faire des distinctions en ce qui concerne la race, la langue, la religion, la culture, les incapacités physiques, psychiques, etc.

Depuis Ómnia de Torreforta (Tarragona) je vous félicite par cette initiative et par tout ce qu’elle génère. Nous sommes très contents avec notre bénéficiaire. Il s’agit d’un grand exemple à tenir compte afin de donner de l’aide au développement personnel d’autres personnes. Il semble un simple Concours, mais depuis le moment où l’idée de l’œuvre est créée, jusqu'au moment où elle est située sur la Web, on concourt et on attend la décision… c’est-à-dire il s’agit d’un chemin dont le but ce n’est pas de gagner, mais de profiter les circonstances en vivant le chemin.

Òmnia est au Centre Civique de Torreforta (Tarragone) Plaça Tarragonès, s/n 43006 Torreforta Tarragona. Tel. 977 550229
 

More about: ong , intenet , concours , livres , iwith.org , 2009 , exemples
Traduction faite par Nuri Mata
le 00/00/0000
Dernières News





 



 
Google + Facebook Twitter Youtube Rss